Jordanie

Noor Qussini, ”!لا انت بنت”

Non, car tu es une fille…

« Toute femme arabe a déjà entendu cette phrase, d’ailleurs je suis sûre que dans d’autres cultures également car l’humiliation de la femme n’est pas l’apanage du peuple arabe contrairement à ce que l’on aimerait nous faire croire »

Noor tranche dans le vif, la coupure est nette et la verve efficace, tout autant que son oeuvre. L’artiste a 25 ans, elle vit à Doha où elle travaille pour le musée des arts islamiques. On sent une finesse, une véritable intelligence et une envie criante de faire passer un message lorsque l’on discute avec la jeune femme.

Au moment de l’interview, l’oeuvre de Noor n’est pas encore terminée, il manque sa légende. « Je vais écrire « لا انت بنت » » (Non, car tu es une fille Ndlr). Elle enchaîne, « ce non est absolument destructeur car il est basé sur l’identité même de la femme, chose sur laquelle cette dernière n’a aucun pouvoir, aucun moyen de faire changer les choses cet état de fait ».

20141010_173412

« J’aime vraiment travailler sur cette thématique, des femmes blessées on en connait malheureusement tous une et c’est important à mon échelle de parler de ce problème récurrent dans toutes les sociétés », explique Noor.

Avant d’ajouter, « tu sais quand tu grandis avec cette frustration, quand on t’as toujours répété que tu n’es qu’une femme et que, de fait cela t’interdis pas mal de chose ça te marque et ça forge ta personnalité, tu finis par le croire et tu te fermes pas mal de portes car tu vis avec cette peur ».

Puis vient le moment de notre échange où je me suis sentie habitée par l’esprit de Raphaël Enthoven, les phrases alambiquées pour ne presque rien dire en moins…

« J’ai représenté une jeune femme assise, les bras attachés dans le dos et bâillonnée, j’ai préféré limiter le nombre de couleurs et je n’en ai pas sélectionné des vives compte tenu du sujet… ». Elle s’arrête un moment puis me montre du doigt les cheveux en l’air de la jeune femme, « là par contre j’ai mis des couleurs plus vives car j’aime à croire que même dans cette situation il y a encore de l’espoir pour que cette jeune femme se libère de toutes ses peurs, brise la bulle dans laquelle elle est enfermée et vive pleinement sa vie. »

20141010_164829

Noor n’a pas encore de site internet, mais vous pouvez la retrouver sur Instagram!

 

ENGLISH VERSION BELOW

No, because you are a girl…

« Every Arab woman has already heard that sentence; in fact, I am sure that this is the case in other cultures as well. A woman’s humiliation is not unique to the Arab people, contrary to what many would have us believe.« 

Noor’s words penetrate straight to one’s heart; her slice is sharp and her flair eloquent. The 25-year-old artist, who lives in Doha, where she works in the Museum of Islamic Arts. One feels a finesse, an authentic intelligence and a resounding willingness to share her message when talking to this young woman.

At the time of the interview, Noor’s work has yet to be completed; the caption is missing. « I will write « لا انت بنت » »(No, because you are a girl). » She continues, « This ‘no’ is ravaging and destructive as it is based on my core identity as a woman, something upon which a human being has no control, and no means of changing ».

20141010_173412

« I enjoyed working on this theme very much. Unfortunately, every one of us knows a woman who has been hurt, and it is important in my position to speak about this problem, which is recurrent in every society », Noor explains.

She then adds, « You know, when you grow up with this frustration, when people have always repeated to you that you are only a woman thus restricted from many things, it marks you and forges your personality. You end up believing it and you close many doors as a result of that inbred fear. »

Then comes the moment in our discussion whereby I felt inhabited by the spirit of Raphael Enthoven (french Tv presentor who uses convoluted sentences for simple substance).

« I designed a young woman sitting, gagged, her arms tied behind her back and i also used chairs which symbolise the society and the traditions. I prefered limiting the amount of colours used, and I did not select loud colors, due to the subject matter … »

She pauses for a moment and points to the hair of the painted woman , « here, however, I put brighter colors because I like to think that even in this situation there is yet hope for this young woman to be freed from all her fears, to break the bubble in which she is enclosed and live life to the fullest« 

20141010_164829

Noor does not have a website yet, but you can find her on Instagram

Translation : Yusra S.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s